Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Francine: Le blog Paris et People

JOHNNY HALLYDAY à BERCY (16/06/2013)

Publié le 24 Juin 2013 par Francine Spitz

JOHNNY HALLYDAY à BERCY (16/06/2013)
JOHNNY HALLYDAY à BERCY (16/06/2013)

Quelques jours avant le concert du 16 juin de Johnny HALLYDAY, je vois sur le site « Ventes Privées » que les places restantes de 1ère et 2ème catégories sont mises en vente à moitié prix.

Là, ça m’intéresse. J'en achète une, 1ère catégorie = 76 euros au lieu de 152 euros.

Dimanche 16 juin le rendez-vous est à 20h30 au POPB de BERCY.

Je suis déjà à Paris, en famille, ce dimanche, dans le 13ème arrondissement. J’y suis venue en voiture de Meudon, je vais donc laisser ma voiture sur place et prendre le métro direct pour seulement 5 stations, car pas question d’aller en voiture là-bas, je ne trouverais jamais à me garer. Bercy ce n’est pas loin du 13ème, je reviendrai la chercher à la fin du spectacle pour rentrer chez moi.

Je compte y être pour 20h. Me voici dans le métro, il y a du monde dont beaucoup de fans de Johnny. Je sens qu’on va tous descendre à la même station : Bercy. Je n’ai pas besoin de chercher la sortie, je n’ai qu’à suivre le mouvement.

Me voici dehors, il fait bon, je traîne un peu et je regarde les gens arriver. Quelques uns se sont assis sur les marches et mangent leur sandwich ou savourent leur glace.

JOHNNY HALLYDAY à BERCY (16/06/2013)

Je vais maintenant entrer dans le Palais Omnisports. Je monte le grand escalier pour y accéder, le POPB de Bercy se situe comme sur une colline. Ma place se trouve porte S, en hauteur sûrement car je dois encore monter un escalier, à l’intérieur cette fois-ci. Il fait très chaud dans le grand hall, j’ai encore le temps de ressortir par une issue qui est ouverte. Le spectacle ne commencera pas avant 21h.

Me voici maintenant à l’intérieur. Je sais que ma place se trouve vers le fond mais la vue y est tout de même dégagée et je surplomberai toute la salle. Avant de rejoindre mon siège, je marche dans l’allée jusqu’à la première porte, la porte N, qui se trouve tout près de la scène.

Je domine la scène et la salle, et j’ai une idée : si je restais là debout, ça ne gênerait personne. Je demande si c’est possible et on me dit : « OUI ». Génial, je n'en reviens pas, je suis très bien placée pour une fois.

Le public s’impatiente et scande le nom de « Johnny » bras en l’air; l’ambiance est déjà là.

Moi, du haut de mon balcon je suis au-dessus de tout ce monde. La vue est magnifique. J’ai une marée humaine sous mes yeux. La scène est remplie d’instruments mais vide de musiciens. Les grands écrans de chaque côté de la scène sont encore noirs. Il y a au milieu du public une petite scène ronde assortie d'une passerelle qui rejoint la grande scène, vides aussi pour l'instant.

Tous les spectateurs sont agglutinés autour et attendent un seul homme : JOHNNY.

Soudain la salle s’éteint. Une nuée d'appareils photos numériques s'allument instantanément comme de petites lucioles. C’est très beau ces petites lumières dans le noir.

JOHNNY est tout près d'arriver.

La passerelle qui rejoint la scène à la petite scène tournante au milieu du public

La passerelle qui rejoint la scène à la petite scène tournante au milieu du public

L’entrée de Johnny, je la connaissais; puisque la veille j’avais regardé le concert en direct à la télé. Mais là, je vais la voir "en vrai".

Il va arriver de l’autre côté de la scène, c'est-à-dire assez loin d’où je suis car la scène est très large.

Oui ça bouge, les spots lumineux blancs lancent de longs rayons dans la salle qui devient toute rose... Les premières notes de la chanson nous dévoilent son titre: « Que je t’aime »

J’entends la voix de Johnny mais je ne le vois pas encore. Il chante le premier couplet :

« Quand tes cheveux s’étalent / Comme un soleil d’été / Et que ton oreiller / Ressemble aux champs de blé / Quand l’ombre et la lumière / Dessinent sur ton corps / Des montagnes des forêts / Et des îles aux trésors »

Puis Johnny ne chante plus, on n'entend que la musique du refrain qui passe en boucle durant toute l'entrée de Johnny que j'aperçois maintenant. Au lieu de traverser la foule comme hier, il préfère la contourner. Hier pour son anniversaire, il avait fait son entrée au milieu du public, entouré de ses gardes du corps, et il s’était fait un peu bousculer.

Le voici maintenant, il monte sur la petite scène au milieu de ses fans en délire. Il est vêtu d’un pantalon de cuir noir qui brille sur les côtés, d’une veste courte sur un tee-shirt noir col V qui laisse apparaître autour du cou une chaîne avec une croix. Il reprend sa chanson sur le refrain « Que je t’aime».

Portables allumés pour transmettre ce moment à un ami, bracelets lumineux sur les bras tendus, les appareils photos crépitent, et c’est tout Bercy qui chante avec lui.

A la fin de la chanson, sur le dernier refrain, Johnny reste quelques instants immobile. Sans un mot il regarde son public, en face, à droite, à gauche en tendant son micro vers nous. Il hoche la tête comme pour nous remercier d’être en communion avec lui.

Ce moment restera gravé dans ma mémoire comme dans celle de tous les fans qui ont vécu comme moi l’arrivée de Johnny à Bercy. C’était un premier grand et beau moment d’émotion qui m’a fait monter des larmes, (il y en aura d’autres).

"Que je t'aime"

"Que je t'aime"

Tractée par la passerelle sur rail, la petite scène atteint la grande scène sur laquelle monte Johnny. Il nous dit : « Bonsoir» et il enchaîne : «Je vois que ce soir on va allumer le feu », qui sera sa deuxième chanson.

La scène devient couleur de feu, jaune orange rouge, des vidéos passent en fond d’écran.

Les choristes tapent dans leurs mains, les guitaristes sortent des gros riffs, l'harmoniciste joue des solos endiablés, des flammes rouges sortent du devant de la scène....

Johnny fait bouger la salle qui reprend le refrain en chœur.

JOHNNY HALLYDAY à BERCY (16/06/2013)
"Allumer le feu"

"Allumer le feu"

Puis il y aura : "Je te promets", "Ma gueule", "Marie". Toute la salle reprend en chœur le refrain de ses chansons.

Puis : « Deux étrangers ». Au milieu de la chanson Johnny est à genoux puis s‘allonge par terre. Il chante sur le dos puis se retourne et chante à plat ventre. Ensuite il remonte doucement sur ses genoux (un exploit : il a 70 ans aujourd’hui, je pense à ses opérations... est-ce bien sérieux?) mais c’est bon, il est debout.

"Deux étrangers"
"Deux étrangers"

"Deux étrangers"

Je reconnais l'intro de la prochaine chanson, ma préférée, (enfin, une de mes préférées) « Diego ».

Dans une salle éteinte, les musiciens sont tous éclairés en rouge, les spots lancent des rayons bleus et blancs. Le bruit du tambour se fait entendre, les violonistes effleurent leurs cordes de leur archet.

Johnny arrive sur le devant de la scène auréolé de rouge. Il chante : "Derrière des barreaux / Pour quelques mots / Qu'il pensait si fort / Dehors il fait chaud / Des milliers d'oiseaux / S'envolent sans effort"

"Diego"

"Diego"

Puis il chante « Tennessee » et salue la mémoire de Michel Berger qui lui a écrit cette chanson. Il descendra un moment dans la fosse pour la chanter tout près de ses fans.

Puis vient « Entre mes mains » et à la fin il nous dit : « si j’ai 20 ans c’est grâce à vous » et cette phrase amène la chanson « 20 ans »

JOHNNY HALLYDAY à BERCY (16/06/2013)
JOHNNY HALLYDAY à BERCY (16/06/2013)

Beau duo ensuite de Johnny avec « Sy Smith » la choriste du groupe. Ils chantent « I who have nothing »

Puis sur la chanson « Qu’est ce que tu croyais » il présente une partie de son orchestre : choristes, organiste, cuivres (trombone, saxophoniste, trompettistes).Alain Lanty est au piano. (connu pour avoir accompagné beaucoup d'artistes).

Et voici les premières notes de « Gabrielle » qui font lever toute la salle.

Bras levés, poignets croisés, c’est encore tout Bercy qui chante.

Belle prestation de l’harmoniciste qui provoque Johnny, se met à genoux, se couche sur le sol, tête renversée en arrière, tout en continuant de jouer de l'harmonica. Johnny l’enjambe, puis il fait un solo à l’harmonica tout en sautillant. Johnny le présente c’est « Greg Zlap ».

Je l’avais vu au concert de Vladimir Cosma au Grand Rex. C'est un virtuose.

"Gabrielle"

"Gabrielle"

"Gabrielle" l'Harmoniciste est à genoux

"Gabrielle" l'Harmoniciste est à genoux

JOHNNY HALLYDAY à BERCY (16/06/2013)

Johnny quitte la scène un instant.

Il revient, il a échangé sa veste pour une chemise à manches courtes qui laisse voir les tatouages sur ses bras.

Il se dirige vers la passerelle avec 5 de ses musiciens : les deux guitaristes, le contrebassiste, l’harmoniciste et le batteur. En un rien de temps, la passerelle les tracte jusqu’à la petite scène sur laquelle ils montent. Maintenant ils sont tout près du public qui est ravi. Johnny lance : «Un petit retour en 1960, ça vous ferait plaisir ? "

Il annonce la première chanson : « Une chanson que m’a composée mon ami Charles Aznavour : Retiens la nuit.» Puis il enchaîne avec "Joue pas de rock’n’roll pour moi".

La petite scène tournante au milieu du public

La petite scène tournante au milieu du public

Ensuite il nous raconte sa découverte d'Elvis Presley en 1957; il lui a donné envie de faire ce métier : "Le premier disque que j’ai entendu d’Elvis, c’est ça". Il joue alors quelques notes de guitare et dit : « Au début on n’appelait pas ça du Rock and Roll on appelait ça du Rockabilly».

Et là, ça swingue et ça twiste sur la petite scène comme dans la salle.

JOHNNY HALLYDAY à BERCY (16/06/2013)
JOHNNY HALLYDAY à BERCY (16/06/2013)

Puis il présente son groupe :

Il dit qu'il forme un vieux couple avec son guitariste d'il y a 20 ans : Yarol Poupaud / le deuxième guitariste : Robin Le Mesurier :/ le batteur écossais : Geoff Dugmore /

JOHNNY HALLYDAY à BERCY (16/06/2013)

Puis il reprend la première chanson qui l’a fait connaître dans les années 1960: « Laisse les filles »

Les guitaristes, le batteur et l’harmoniciste s'enflamment au rythme de la chanson; ses musiciens ont vraiment du talent.

Durant toutes ces reprises la petite scène tourne (j’attends que Johnny soit face à moi pour faire quelques photos)

Puis il dit : « En 1974 je vous avais chanté cette chanson : Si j’étais un charpentier »

JOHNNY HALLYDAY à BERCY (16/06/2013)

Les musiciens quittent alors la petite scène et c’est tout seul, en s'accompagnant juste à la guitare, que Johnny interprète, avec tout Bercy qui reprend la chanson en choeur :

« Mes tendres années ».

Puis retour sur la grande scène, il savoure l'immense ovation que lui fait son public.

JOHNNY HALLYDAY à BERCY (16/06/2013)

Fils de Personne / L’Amour à mort /

Sur la passerelle les cuivres accompagnent Johnny pour la chanson "Toute la musique que j'aime"

"Toute la musique que j'aime"

"Toute la musique que j'aime"

Puis, je m’arrête un instant sur celle-ci que j’aime beaucoup « Si tu pars »

Voici le premier couplet :

« Si tu pars

Je veux que la terre entière se couvre de brouillard
Et que le silence s'installe dans les villages
Que plus rien ne bouge en vie et sur les plages
Qu'on n'entende que le vent
Qui hurle, qui crie, et qui comprend »

Très belle interprétation de Johnny dans le bleu nuit de Bercy et très belle musique. (encore une qui me fait pleurer).

"Si tu pars"

"Si tu pars"

Puis « l’Envie » Je cite le refrain qui fait lever la salle.

« On m'a trop donné, bien avant l'envie
J'ai oublié mes rêves et les mercis.
Toutes ces choses qui avaient un prix,
Qui font l'envie de vivre et le désir,
Et le plaisir aussi

Qu'on me donne l'envie,
L'envie d'avoir envie,

Qu’on rallume ma vie. »

"L'Envie" lui donne envie de retourner chanter au milieu de son public

"L'Envie" lui donne envie de retourner chanter au milieu de son public

Puis je sens que ça va être la fin du concert, alors je me décide à descendre le grand escalier.

Me voici tout en bas, tout près de la scène. Je m’assois sur la dernière marche, je ne veux gêner personne. C’est bon, on ne m’a rien dit.

Dans la pénombre, J’écoute « L’Attente ». Si proche du chanteur, j'ai l'impression qu’il ne la chante que pour moi.

C’est aussi une de mes chansons préférées. Elle est triste mais belle et me fait encore venir des larmes.

« A quoi peuvent bien servir mes bras

Si c'est pour brasser du vent
Que vais-je faire de mes deux mains
Si elles espèrent en vain
En ce qui concerne mes yeux
Ils ne voient plus que nous deux »

"L'Attente" Yvan Cassar au piano, Anne Gravoin au violon

"L'Attente" Yvan Cassar au piano, Anne Gravoin au violon

Puis tous ses musiciens quittent la scène.

Johnny reste seul.

La scène et la salle s’assombrissent et c'est la dernière chanson : « Quand on n’a que l’Amour » de Jacques Brel. Seul, Yvan Cassar l’accompagne au piano.

le dernier couplet :

« Alors sans rien

Que la force d’aimer

Nous aurons dans nos mains,
Amis le monde entier »

« Amis le monde entier » est repris d’abord par la salle entière avant que Johnny termine la chanson.

C'est sur cette dernière phrase que Johnny nous dit «Au revoir » et quitte la salle.

"Quand on n'a que l'Amour"  Yvan Cassar au piano

"Quand on n'a que l'Amour" Yvan Cassar au piano

Johnny est vraiment parti. Je reste un instant en bas des marches et je regarde la scène, vide.

Je me retourne, je vois la foule se diriger vers les sorties. J’en fait autant. Je remonte le grand escalier. Je me retrouve facilement dehors. Il fait bon. Les cafés se sont mis au goût de la nuit et diffusent des musiques de Johnny.

Je me dirige vers le métro, BERCY. Pas besoin de mettre de ticket les portes sont ouvertes. Sur le quai le chef de station nous demande comment était le concert. Sympa la RATP.

Encore quelques stations et une bonne marche dehors pour rejoindre ma voiture.

Je vais bien dormir avec toutes les musiques qui résonnent encore dans ma tête. Ma soirée a été belle.

JOHNNY HALLYDAY à BERCY (16/06/2013)
Commenter cet article

sylvie.martin20@sfr.fr 28/06/2013 14:54

EXPLOSION DE JOIE........D'AMOUR......DE NOSTALGIE

sylvie.martin20@sfr.fr 28/06/2013 14:52

quel boulot énorme de ta part ; merci pour nous tous et toutes qui mangeons un peu de ce spectacle sûrement inoubliable chargé d'émotions intenses d'un artiste infaillible dans sa puissance d'énergie..
TRES BEAU ET LUMINEUX....!