Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Francine: Le blog Paris et People

Marc LAVOINE en concert à l'Olympia (22/02/2013)

Publié le 12 Mars 2013 par Francine Spitz

Marc LAVOINE en concert à l'Olympia (22/02/2013)
Marc LAVOINE en concert à l'Olympia (22/02/2013)
Marc LAVOINE en concert à l'Olympia (22/02/2013)

Vendredi 22 février

C’était à la Fnac de Cannes il y a 6 mois que j’ai obtenu ce strapontin, le seul qui restait bien placé, au 7ème rang de l’orchestre, pour ce concert de vendredi.

Le spectacle commence à 20h. Je sors du métro Madeleine à 20h15... Pour une fois, je suis en retard; je ne verrai pas la première partie en entier. Je n’ai plus qu’à traverser le trottoir tout en lisant l’affiche lumineuse de couleur rouge au-dessus du théâtre qui indique Anouk AIATA en première partie.

Je rentre dans l’Olympia. Un passage au vestiaire obligé. Je ne veux pas être chargée, je sais que vers la fin du spectacle je pourrai m’avancer au bord de la scène pour être au plus près de Marc Lavoine.

L’ouvreuse nous fait attendre au fond de la salle (oui, deux couples sont devant moi, il n’y a pas que moi qui suis en retard, ça me console). Elle nous dirige vers nos places dès qu'Anouk Aïata a terminé sa chanson.

Me voilà assise, je suis vraiment bien placée, le premier siège de la rangée, personne devant moi. En descendant pour rejoindre ma place je croise Orlando (le frère de Dalida) et Nicole Coullier (productrice de spectacles) qui sont de l’autre côté de ma rangée.

Plus que deux chansons et Anouk aura fini. Elle remercie Marc de l’avoir invitée. Moi je n’ai pas vraiment apprécié, mais je n’ai entendu que deux chansons. Puis un entracte de 20 minutes est annoncé. L’entracte me donne l’occasion de monter au balcon pour voir si j’aurais été mieux en hauteur. Non, je ne regrette pas ma place à l’orchestre, en bas on est plus près de l’artiste.

Marc LAVOINE en concert à l'Olympia (22/02/2013)

Je regagne ma place lorsque j’entends retentir la sonnerie: le spectacle va commencer. L’Olympia s’éteint, le grand rideau rouge s’ouvre et me fait découvrir la scène.

Les musiciens sont en place. Au fond, un écran qui laisse circuler une vidéo : une autoroute, une voiture qui file sous un tunnel et qui en ressort pour retrouver la lumière. Je reconnais la musique de la première chanson que va chanter Marc Lavoine « J’ai vu la lumière ». Les spots lumineux diffusent des rayons bleus, mauves, roses et blancs.

Marc arrive du fond de la scène, veste de smoking noire sur une chemise bleu marine et jean de même couleur. Le public applaudit en rythme sur cette chanson qui parle d’Amour à chaque phrase; la salle est déjà dans l’ambiance.

Marc LAVOINE en concert à l'Olympia (22/02/2013)
Marc LAVOINE en concert à l'Olympia (22/02/2013)
Marc LAVOINE en concert à l'Olympia (22/02/2013)

Ensuite il chante « Rue des Acacias » et c’est à la fin de cette chanson qu’il nous dit bonjour et parle au public quelques instants.

Il reprend sur : « C’est la vie » « Auprès de toi mon frère » « Je ne veux qu’elle » « Paris », une de mes préférées bien sûr, les paroles, la musique, le clip en fond d’écran en noir et blanc, qui laisse défiler les pas de Marc dans la Capitale. J’aime. Je ne vais pas citer toutes les chansons, il en a chanté plus de 20, mais celle-ci me tient à cœur.

Marc LAVOINE en concert à l'Olympia (22/02/2013)
Marc LAVOINE en concert à l'Olympia (22/02/2013)

Maintenant Marc quitte sa veste. Il entame une chanson très rythmée, celle du titre de son album "Je descends du singe".

Là, le public se lève et les spectateurs du fond de la salle decendent les deux allées pour arriver devant la scène.

Tout l'Olympia est debout, Marc est ravi. Moi moins. Je ne vois plus grand chose.

Marc LAVOINE en concert à l'Olympia (22/02/2013)
Marc LAVOINE en concert à l'Olympia (22/02/2013)

Ensuite Marc quitte la scène quelques instants. Le public reste debout comme scotché.

Il revient et a changé de costume. Il a quitté la veste et la chemise pour un pull-over beige.

Un rideau de voile blanc se déroule et nous laisse découvrir la scène par transparence.

Au milieu du rideau deux mots défilent : SEUL ELLE

On distingue le chanteur derrière ce rideau. Les lumières deviennent de plus en plus mauves. Les premières notes de musique me font comprendre que ce sera une chanson nostalgique.

Un hommage à sa mère « Ballade pour Michelle », la musique, les paroles, c’est lent, c’est prenant. Je vois le visage de Marc très ému, je jette discrètement mon regard sur le public, des spectateurs essuient une larme, les miennes couleront aussi.

Le regard de Marc vers le ciel m’indique que la chanson se termine. Sur le rideau "ELLE" apparaît.

Marc LAVOINE en concert à l'Olympia (22/02/2013)
Marc LAVOINE en concert à l'Olympia (22/02/2013)

Maintenant, changement de répertoire. La chanson qu'il entame est très ryhtmée. Marc entraîne le public à bouger en tapant dans ses mains. "Sur le parking des Anges" retentit. Je comprends que je finirai le spectacle debout.

Je n’ai pas de chance, car la fille qui s'est placée devant moi est très grande. Je lui demande gentiment de changer de place avec sa copine qui est toute petite. Très étonnée elle me demande : "pourquoi ? ". Et oui, elle se croit sûrement toute seule et ne s’aperçoit pas qu’elle peut gêner des spectateurs. Mais si, ça y est, elle comprend et change de place avec sa copine. Ah ! je vois Marc à travers des bras qui se baissent et se relèvent. Mais si tout le monde savait taper des mains en mesure, on pourrait voir le chanteur deux secondes pendant que les bras retombent !

Marc LAVOINE en concert à l'Olympia (22/02/2013)
Marc LAVOINE en concert à l'Olympia (22/02/2013)

Bon, ça continue. Encore une chanson rythmée et la grande qui s’est remise devant moi !

Je ne vois rien, alors je me retourne : peut-être le spectacle est-il plus intéressant derrière... Et oui, je vois Nicole Coullier debout, mais ça va, elle est grande. Orlando je ne le vois plus, il est petit et ne doit rien voir à cause des spectateurs qui se sont levés devant lui.

Génial ! je suis venue pour Marc Lavoine et j’entends mes voisins chanter, et en plus ils chantent faux.

A la fin du spectacle, quand le chanteur quitte la scène, il fait mine de partir, mais on sait très bien qu’il va revenir pour chanter encore, là on peut se lever; Mais se lever plus d’une heure avant, c'est exagéré ! Dans ce cas-là, la production, connaissant son chanteur, ne devrait pas louer des places assises à l'orchestre...

Marc LAVOINE en concert à l'Olympia (22/02/2013)

Je n’ai plus rien à dire sur le chanteur, je ne le vois pas.

Si ! juste ceci : après qu'il ait salué et quitté la scène, les spectateurs sont toujours là, debout, et scandent : Marc! Marc! Alors il revient, guitare à la main, il s’assoit tout au bord de la scène et dit : "C’est très rare que je fasse çà". Il demande alors au public de l’accompagner sur sa dernière chanson : "J'espère".

C’était chaud à l’Olympia ce soir-là.

Marc LAVOINE en concert à l'Olympia (22/02/2013)

Maintenant il faut sortir. Comme j’étais placée dans les premiers rangs, je dois remonter tout l’orchestre. Trop de monde. Je vais attendre assise que la foule s’évacue. Maintenant je vois bien la scène... mais le spectacle est fini. Tiens ! Stéphane Bern, Mme Coulier, Orlando et d’autres personnalités passent à contre-courant par la sortie de secours. Pourquoi pas ? Eux, ils ont le droit.

Moi aussi je suis pressée, j’ai une idée en tête ce soir, c’est la nuit des Césars. A chaque fois je vais voir les célébrités arriver devant le Théâtre du Châtelet. Mais cette fois-ci je n’ai pas pu, à cause du concert de Marc Lavoine. Alors c’est l’occasion d'aller les voir arriver au Fouquet’s. Je voulais toujours suivre cet évènement et comme ce n'est pas très loin je vais y faire un saut.

Marc LAVOINE en concert à l'Olympia (22/02/2013)

J’ai mon vestiaire à récupérer, il est 23h passées.

Je quitte l’Olympia, et malgré le froid, je me dirige à pied jusqu’au métro Concorde. Je passe devant la Madeleine, j'emprunte la rue Royale et je savoure tout en marchant la magnifique perspective qu'elle offre jusqu'à la Chambre des Députés. Arrivée à la Concorde, je remarque que les fontaines autour de l’Obélisque ne fonctionnent pas, que la Grande Roue de Paris n 'est plus là.

Je m’engouffre dans le métro. Enfin il fait meilleur ! Cette fois-ci j’apprécie d’être à l’intérieur. Je descends à la station Georges V. Je n’ai plus qu’à traverser l’avenue des Champs-Elysées et me voici devant le Fouquet's.

Une estrade a été placée sur le trottoir à côté de l’entrée du restaurant. Devant, des photographes sont prêts à ouvrir leurs escabeaux, et derrière, quelques barrières, des badauds, mais pas de police ! Je suis étonnée.

Il est maintenant près de minuit, c’est l’heure de la fin du spectacle au Théâtre du Châtelet.

Je pense que les invités vont commencer à arriver vers minuit et demi.

En attendant, tous les cuisiniers sont sortis pour faire une photo sur l’estrade.

Marc LAVOINE en concert à l'Olympia (22/02/2013)
Marc LAVOINE en concert à l'Olympia (22/02/2013)

Je ne compte pas rester trop longtemps, je suis là juste pour voir les personnalités entrer avec leurs Césars.

D'ailleurs, les voitures et les cars ne tardent pas à arriver. Les invités passent devant nous. Le public est calme, Les gens interpellent doucement les personnalités lorsqu’ils les reconnaissent, comme s’ils ne voulaient pas réveiller les voisins.

Claudia Cardinale arrive en premier puis je reconnais Patrick Bruel, Jamel, Omar Sy. Ils viennent vers nous simplement serrer quelques mains qui se tendent. Ah un César ! un jeune espoir, qui vient gentiment signer un autographe (voir photo). Kevin Costner arrive, il nous fait un signe de la main.

Et toujours une femme habillée d’un long manteau rouge qui essaye de s’incruster, c’est amusant, elle est refoulée sans arrêt mais elle revient toujours.

J’ai mon appareil ouvert et je filme simplement. Je ne fais pas de photos. Impossible d'appuyer sur le déclancheur, malgré mes gants en laine, je ne sens plus mes doigts à cause du froid.

C’est bon, j’ai vu enfin une partie de l’arrivée des Césars au Fouquet’s. Maintenant je peux partir et rentrer chez moi, il est presque 1h30 du matin.

Plutôt que d'emprunter la bouche de métro, tout près du restaurant, j’ai encore le courage de descendre l’Avenue, malgré le vent glacial, pour ne pas prendre le grand souterrain. Par chance les métros circulent jusqu'à 2h du matin les vendredis.

Les Champs-Elysées sont presque déserts, je suis seule et je me sens bien, ma soirée a été belle.

Je remonte mon écharpe jusque sous mon nez, et tout en marchant, je pense à mon lit douillet que je vais retrouver et j’ai de moins en moins froid.

Marc LAVOINE en concert à l'Olympia (22/02/2013)
Commenter cet article

merci pour les photos et les textes superbes tout çaque d'émotions .... à bientôt ......... 12/03/2013 12:31

Merci françine pour tes textes chargés d'émotion, comment peut-on faire autrement faceà ce chateur tant aimé je connais bien cette chanson Michelle , de sa maman.... bon félicitationsà bientôt .....
Ne lâche jamais ce parcour encensé de lumière star stars stars..... tu vas rencontrer quelqu'un si ça continue ce serait bien .....quand même

Spitz 12/03/2013 23:36

Merci pour vos messages sympas, mais j'aimerai savoir qui me les transmet ?

merci de m'indiquez vos prénoms et noms