Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Francine: Le blog Paris et People

UN CHATEAU EN ITALIE, Avant-première (29/10/2013)

Publié le 17 Novembre 2013 par Francine Spitz

Une partie de l'équipe du film, dont Valéria Bruni Tedeschi, la réalisatrice, (gilet bleu) Louis Garrel micro en main sur la gauche de la photo

Une partie de l'équipe du film, dont Valéria Bruni Tedeschi, la réalisatrice, (gilet bleu) Louis Garrel micro en main sur la gauche de la photo

UN CHATEAU EN ITALIE, Avant-première (29/10/2013)

Mardi 29 octobre c'est l'avant-première à l'UGC Ciné Cité les Halles du film "Un Château en Italie" en présence de toute l'équipe du film.

C'est Valeria Bruni Tedeschi qui viendra présenter le film en tant que réalisatrice.

C'est la première fois que je la verrai, je voulais toujours la connaître.

Je ne parlerai pas de mon parcours, l'ayant déjà décrit lors d'une rencontre avec Nicolas Bedos au même cinéma.

Il est près de 20h lorsque j'arrive dans le grand hall de l'UGC à l'étage. Près du bar déjà du monde qui attend les artistes qui vont se présenter autour des tables dressées et de la grande affiche posée sur le mur. Les photographes sont déjà là, mais moi je préfère entrer dans la salle pour me placer au premier rang et essayer de faire de belles photos de l'équipe du film lorsqu'elle arrivera.

Je rentre à tâtons dans la salle qui n'est pas éclairée, murs et marches sont recouverts de moquette noire et seulement le bord des marches est éclairé par des lumières scintillantes.

Je dois me tenir à chaque rangées de siège pour ne pas tomber jusqu'aux sièges de la première rangée là où je vais m'asseoir au milieu du rang.

Et, surprise, c'est la première fois que je vois le premier rang surélevé par deux rangées de marches. On distingue ces deux rangées de marche grâce aux petites lumières clignotantes posées sur le bord de chaque rangée.

J'ai le temps de parler à ma voisine qui, comme moi, se place toujours au premier rang lors d'une avant-première avec l'équipe du film.

Un présentateur nous annonce l'arrivée imminente de la réalisatrice du film : Valeria Bruni Tedeschi.

Robe en pied de poule noir et blanc et petit gilet bleu ciel, elle arrive sur des hauts talons compensés. Elle est jolie Valeria Bruni Tedeschi et ressemble beaucoup à sa soeur Carla Bruni. Par la voix aussi, micro à la main elle commence à annoncer les acteurs qui vont venir à tour de rôle. J'aime aussi sa voix éraillée et son accent.

Valeria Bruni Tedeschi, réalisatrice scénariste

Valeria Bruni Tedeschi, réalisatrice scénariste

Moi, j'attends Louis Garrel, un de mes acteurs préférés. J'ai appris il y a peu de temps que c'était l'ex-compagnon de Valeria Bruni.

Elle le fait jouer dans son film, alors tout n'est certainement pas fini entre eux deux, un besoin sûrement de se retrouver... enfin c'est mon analyse.

Le voilà, Louis Garrel, grand, très brun, avec ses cheveux ondulés qui lui couvrent une partie du visage, je le vois qui prend plaisir à passer les mains dans ses cheveux

Arrive en même temps l'acteur Filippi Timi, qui joue le frère de Valeria Bruni

Filippi Timi, Louis Garrel, Noémie Lvovsky, Agnès de Sacy

Filippi Timi, Louis Garrel, Noémie Lvovsky, Agnès de Sacy

Filippi Timi, Louis Garre et Noémie Lvovsky, Agnès de Sacy, scénaristes

Filippi Timi, Louis Garre et Noémie Lvovsky, Agnès de Sacy, scénaristes

Puis vient Marisa Borini, la mère de Valeria Bruni Tedeschi, qui joue son propre rôle dans le film.

Marisa Borini (mère de Valeria et Carla Bruni) et à sa gauche, Louis Garrel

Marisa Borini (mère de Valeria et Carla Bruni) et à sa gauche, Louis Garrel

Enfin voici Céline Sallette.

C'est ma voisine qui l'attend, moi je ne la connais pas. Maintenant je vois qui c'est, elle est jolie.

Céline Sallette, Filippi Timi

Céline Sallette, Filippi Timi

Puis tous les autres acteurs arrivent.

Valeria Bruni Tedeschi parle du tournage du film en tant que réalisatrice, puis le micro passe de main en main, Louis Garrel dit quelques mots.

Valeria Bruni Tedeschi reprend la parole pour faire un clin d'oeil à Patrice Chéreau, disparu il y a quelques jours et dit que dans sa vie de comédienne, et surtout de réalisatrice, il l'a beaucoup aidée, qu'elle a beaucoup appris grâce à lui et qu'il lui manque énormément.

UN CHATEAU EN ITALIE, Avant-première (29/10/2013)
UN CHATEAU EN ITALIE, Avant-première (29/10/2013)

Il est bientôt 21h, l'équipe du film quitte le devant de la scène, accompagnée des applaudissements du public

UN CHATEAU EN ITALIE, Avant-première (29/10/2013)

Le film commence et dès les premières scènes je sais qu'il va me plaire.

Je découvre Valeria Bruni, Louise dans le film, et elle joue sublimement bien. Des répliques amusantes et enfantines de Valeria parcourent ce film.

Les dialogues sont parfois en italien, sous-titrés. Les scènes passent rapidement, on se trouve en Italie puis on revient en France. Le retour de son frère, une scène plutôt intime avec lui me choque un peu au début du film

Autobiographie, sûrement. Ce château qu'il faut vendre, les réunions de famille qui se succèdent... Ce jeune homme qui l'approche, Nathan, (rôle tenu par Louis Garrel) mais elle se trouve trop âgée.... Sa recherche pour l'attendre et le retrouver en bas de son escalier, et finalement repartir chacun de son côté... Puis cette course dans les rues de Paris, lui sur une vespa rouge, elle qui le cherche sur une musique très entraînante. Son frère qui meurt du sida. Son désir d'être mère, ses idées loufoques dans un centre de procréation.

Les prises de vue sont belles et très colorées entre Paris et Turin.

Et la dernière image du film qui est très belle et que je vous laisse découvrir. Alors est-ce bien toujours sa biographie qu'elle veut nous révéler ?

Ce film, drôle et émouvant, m'a plu et je conseille d'aller le voir.

Une partie de l'équipe du film, ils étaient une quinzaine acteurs et actrices à s'être déplacés.

Une partie de l'équipe du film, ils étaient une quinzaine acteurs et actrices à s'être déplacés.

Beaucoup d'applaudissements à la fin du film. Le générique de fin défile sur l'écran, je le regarde toujours jusqu'au bout. Ma voisine est toujours là. Nous nous parlons quelques instants. Elle a bien appréciée aussi ce film. Je lui demande si les acteurs sont restés dans la salle, elle ne sait pas mais je lui dis que de toute manière je vais me lever et passer au bar, je suis sûr qu'ils doivent y être.

Je prends mes affaires, je me lève et, subitement, je perd l'équilibre. Je tombe lourdement sur mon bras droit. Je ne comprends pas pourquoi je suis tombée, nous sommes au premier rang de la salle de cinéma. Mais dans ma chute j'ai entendu ma voisine me crier : "attention il y a deux marches". Et oui, je les avais oubliées ces deux marches que j'ai montées en arrivant. Mais lorsque l'on se lève après deux heures de film, les marches on les a oubliées, elles sont sous votre siège et on ne les voit pas en partant. En plus la salle n'est toujours pas éclairée.

.

Au premier rang les marches sont  invisibles lorsque nous sommes assis. (parfois des choses mal faites dans les lieus publics, il faut en parler)

Au premier rang les marches sont invisibles lorsque nous sommes assis. (parfois des choses mal faites dans les lieus publics, il faut en parler)

J'ai entendu un claquement au poignet et un autre à l'épaule. Je sais que je me suis fait très mal. Je me lève péniblement pour remonter, toujours dans la pénombre, toutes les marches qui m'amènent dans le grand hall, ma voisine m'aide et porte mes affaires, je ne peux plus me servir de mon bras droit qui me fait mal.

Je demande à voir un responsable, je veux faire un constat. Pour moi, ces deux rangées de marches sous le siège du premier rang, ce n'est pas une bonne idée. Ma voisine, témoin maintenant de ma chute, me dit qu'elle aussi la première fois elle était tombée. Le responsable arrive avec un secouriste. Ma main enfle de plus en plus et mon épaule me fait souffrir. Le secouriste me dit que du moment que je peux bouger mes doigts je n'ai rien de cassé. Ce qui me rassure.

Tout en décrivant ma chute au responsable, je pense que je ne n'assisterai pas à la suite de la soirée avec l'équipe du film qui doit être au bar. Je rate sans doute de belles photos.

Je compte rentrer chez moi. Mais comment faire : je suis en voiture et je ne peux plus la conduire. Je dois appeler mon fils qui heureusement est là et peut venir m'aider. C'est lui qui conduira ma voiture jusqu'à Meudon pour repartir en Autolib (bien pratique d'y être abonné et chance il y a une station à deux pas de chez moi).

Les radios le lendemain décèlent une fracture au poignet et rupture des tendons de la coiffe de l'épaule.

Depuis cette chute je vis au ralenti, j'arrive à faire quelques évènements que j'écrirai plus tard au fur et à mesure de mes possibilités.

Commenter cet article

georges 10/12/2013 10:58

Toujours dans le coup Francine.Bien.Continue car c'est un plaisir de lire tes reportages.Georges bus de jour bus de nuit.

Christiane 07/12/2013 14:36

Toujours très agréable de te lire mais j'espère que les séquelles de ta chute s'évanouissent peu a peu. Moi aussi j'ai eu,un instant, peur que ce soit une nouvelle chute, mais ouf....il n'en est rien, alors fais bien attention aux futures projections pour ne pas renouveler l'expérience. Bravo et continue.

sylvie 07/12/2013 10:41

C'est très riche comme toujours ! B R A V O ....

CATHY 07/12/2013 10:40

beau reportage, mais je n'ai pas fait attention à la date, et sur le coup j'ai cru que tu étais retombée cette semaine !!! en fait c'est l'histoire de ta fameuse chute du 29/10 !!!